James Turrell

James Turrell

Depuis la fin des années 1960, les installations de James Turrell, appelées aussi « environnements perceptuels », sont réalisées à partir d’un matériau essentiel : la lumière, naturelle ou artificielle. Mis à part les dessins et les plans qui accompagnent ses œuvres de plus grande envergure, sa production ne comporte ainsi presque aucun objet en tant que tel.

Shops at Crystals in Las Vegas

tumblr_ly88orqWyy1qghk7bo1_1280

Afrum I (White), 1967

En 1966, Turrell commence à expérimenter avec la lumière dans son studio de Santa Monica, l’hôtel Mendota, à une époque où le Light and Space group, un groupe d’artistes de Los Angeles qui comprend Robert Irwin (en) et Doug Wheeler (en), devient célèbre. En recouvrant les fenêtres et en n’autorisant qu’une partie de la lumière à entrer par les ouvertures en quantités précises, Turrell crée ses premières projections lumineuses.

Dans Shallow Space Constructions (1968), il utilise des cloisons, permettant l’effusion rayonnante d’une lumière dissimulée afin de créer un effect d’aplatissement artificiel dans l’espace. La même année, il participe au programme Art et Technologie du musée d’art du comté de Los Angeles, travaillant sur les phénomènes de perception avec l’artiste Robert Irwin et le psychologue Edward Wortz. En 1969, il effectue des dessins dans le ciel avec Sam Francis, à l’aide de fumée colorée et de matériaux d’ensemencement de nuages. Entre 1969 et 1974, Turrell développe The Mendota Stoppages, où plusieurs pièces de l’ancien hôtel Mendota sont condamnées, leurs ouvertures contrôlées par l’artiste afin de permettre à la lumière naturelle et artificielle de pénétrer les espaces sombres selon des façons spécifiques.

JAMES-TURRELL-2010_Dhatu-JPEG

Aten Reign.

Skyspace

Dans les années 1970, Turrell débute sa série des Skyspace, des espaces clos suffisamment grands pour accueillir une quinzaine de personnes, ouverts sur le ciel à travers un trou dans leur plafond. À l’intérieur, les spectateurs s’assoient sur des bancs disposés le long des murs afin d’observer le ciel. En tant que quaker, Turrell conçoit la maison d’assemblée de Live Oak pour la Société des Amis avec une ouverture dans le toit, où la notion de lumière prend dans ce cas une connotation religieuse.

Son œuvre Meeting (1986, MoMA PS1), qui consiste en une pièce carrée comportant une ouverture découpée directement dans le plafond, est une recréation de cette maison d’assemblée. En 1992, Irish Sky Garden ouvre à Skibbereen, Irlande. Cette œuvre monumentale comprend un cratère en son centre. Le spectateur entre à travers une porte dans le périmètre du cratère, marche à travers un passage et gravit des escaliers afin de rentrer dans le jardin. En se reposant sur la plinthe centrale et en regardant vers le haut, le spectateur fait l’expérience du ciel encadré par le bord du cratère. Selon les termes de Turrell : « la chose la plus importante est que l’intérieur se transforme en l’extérieur et vice-versa, dans le sens que les relations entre le paysage irlandais et le ciel changent ». Les autres Skyspaces comprennent le Kielder Skyspace (2000) à Cat Cairn, Angleterre, et Second Wind (2005) à Vejer de la Frontera, Espagne. Three Gems (2005) au San Francisco De Young Museum est le premier Skyspace à adopter la forme d’une stūpa.

turrell-many-colors-of-aton-reign-2013

James-Turrell-Within-without-2010

En 1979, Turrell fait l’achat d’un cratère volcanique au nord-est de Flagstaff, Arizona : le Roden Crater. Il le transforme peu à peu en un gigantesque observatoire astronomique à l’œil nu, dédié à la contemplation de phénomènes célestes.

crater-artist

Roden Crater, East Portal. 2010roden-crater-turrell

indigos_1459966

Turrell est également connu pour ses tunnels et projections lumineuses qui créent des formes qui semblent posséder une masse, mais qui ne sont créées qu’à partir de lumière. Son œuvre Acton est une attraction populaire au musée d’art d’Indianapolis. Elle consiste en une pièce qui semble exposer une toile blanche, mais cette toile est en réalité une ouverture rectangulaire dans le mur, éclairée afin de sembler être autre chose. 

Site de l’artiste

Space has a way of looking,”

There is 1 comment for this article